Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Le Lycée International

8 Avril 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Enseignement international

Le Lycée International

C'était l'Etranger en France mais à l'ouest de Paris. N'ayant jamais eu la nostalgie du LI, je n'ai pas en faire le deuil, notre départ inattendu ayant été parfaitement volontaire, et de conception familiale, essentiellement par peur de la routine et d'un pouvoir devenant trop confortable et absolu. Les adieux, de la communauté et des amis, furent très émouvants, mais mon seul regret fut mon successeur (auquel, presque cas d'école, car on connaît tout de l'autre, je succédais au Maroc !). La suite a été aussi valorisante, mais force est de reconnaître que le Lycée International fut une expérience unique, à laquelle plusieurs de ces vignettes font forcément allusion. Peut-être faudra-t-il d'ailleurs, puisque j'y ai un peu participé, que j'apporte le moment venu ma part à l'histoire qu'il mérite avec le recul scientifique nécessaire, afin qu'elle ne soit pas trop locale, oubliée ou manipulée.
Ma première fierté est d'avoir succédé avec succès, ce qui n' est pas évident, à un type charismatique à l'origine de l'épopée. Je lui ai rendu ici l'hommage qu'il méritait. Ma seconde est d'avoir, en conservant son autonomie et en développant son réseau local et international, et en le rebâtissant (la « restructuration »), mis cet établissement sur les rails de la modernité, y compris en matière de rythmes scolaires, sans craindre la sempiternelle polémique public-privé, en particulier au moment de la création de la section japonaise, qui me valut un sérieux bras-de-fer avec la Direction des Relations Internationales. Dans le cadre ou en marge de ces vignettes, tout en renvoyant à l'histoire de l'enseignement international (dont nous fûmes « La Mecque »), ainsi qu'à Europe Education (qui m'a permis de garder ma liberté tant vis-à-vis de l'institution, très complexe et dévoreuse, que d'une hiérarchie, à la fois complice et dépassée), je n'en finirais pas de raconter de savoureuses anecdotes (souvent éclairantes ou sans pitié, en particulier pour plusieurs ministres) et d'évoquer de nombreuses figures : Le jeune Göran du « français spécial » et bien d'autres élèves, le TPG suffisant, Mario et sa cafetière, la dizaine de directeurs de section plus (a)typiques les uns que les autres, y compris mon préféré que j'ai dû « virer », des administrateurs plus ou moins lucides mais jamais insignifiants, quelques enseignants mythiques ou historiques, les très nombreux présidents de parents des sections, le dévouement inlassable des acteurs de la communication, animateurs des innombrables fêtes, spectacles, réunions ou cocktails, et de tant d'autres figures plus ou moins anonymes. A tous qui furent les véritables responsables de ce succès à pérenniser (encore qu'à mon avis l'époque ne s'y prête plus), nous disons tout simplement merci.
Voir Repères bio[F]

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article