Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Se déshabiller (Descartes ou Spinoza ?)

14 Mai 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #philosophie-religion

Il en est de gestes quotidiens comme de certains propos. Je ne peux les faire sans que cela ne déclenche pour moi des pensées que d'aucuns ne manqueront pas de considérer comme parfaitement superfétatoires, voire carrément ridicules, comme cette vignette. Par exemple mon étonnement de voir la façon, qui, faute de souplesse, ne peut être la mienne mais qui l'emporte au cinéma ou au théâtre, la façon fashion d'enfiler une chemise ou une veste en commençant simultanément par un bras et la tête.Mais plus fondamentalement je m'étonnais que les habits retirés dans le déshabillage le soir étaient, grosso modo, cravate y compris lorsque j'en portais, dans le bon ordre pour le rhabillage le matin. Car pourquoi n'en serait-il pas autrement ? Pour comprendre cela revoir le court métrage de Georges Méliès, Le Déshabillage impossible ! Cet exemple pseudo-philosophique sur l'ordre et la rationalité du monde exaspérait certains de mes familiers parce que je le reprenais trop souvent, mais c'est quand même plus fondamental que la question du nombre d'assiettes qu'on peut essuyer en paquet l'une après l'autre, chacune étant tour à tour recto et verso, ce qui renvoie plutôt au nombre et/ou au poids des assiettes et donc à la technologie de la vaisselle. N'étant pas moi-même philosophe, je me contenterai de me référer à Ferdinand Alquié, que j'ai encore failli avoir à la Sorbonne et qui avait quand même, c'est vrai, sa révérence pour le surréalisme : « Si Dieu avait voulu que 2 et 2 fassent 5, il l'aurait pu. Cela peut nous paraître étrange mais Descartes pense ainsi. ». (Leçons sur Spinoza). Descartes mais pas Spinoza. Ceci étant il semble que cela soit un véritable problème philosophique, et même assez moderne. C'est celui de la montagne sans vallée, qui oppose Leibnitz à Descartes, et qui est celui de la toute puissance de la Raison par rapport à d'autres façons de poser le problème de la vérité (comme le fait par exemple un Chestov, qui revient à la mode), qu'on a tendance si on n'a pas de formation à tirer vers le religieux, surtout maintenant. Il n'empêche que, outre qu'il fut juif puis viré, je préfère moi aussi Spinoza à Descartes. Mais connaît-on Descartes ? Pourquoi d'ailleurs y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Et de toutes façons, comme dit saint Augustin, ce n'est pas une question de mode : Habiller l'homme c'est déshabiller Dieu.
Voir Repères bio[B]

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article