Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Le Loup des Steppes de Hermann Hesse

2 Juin 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Littérature, #philosophie-religion

J'avais promis à une amie de relire Le Loup des steppes, parce que d'une façon générale je m'étonnais de n'avoir pas gardé de souvenirs précis de Hermann Hesse, que j'ai pourtant pas mal lu à l'époque, et que ce livre culte, et d'autres de lui, était censé aux alentours de 68 avoir séduit les adolescents de ma génération dans mon genre. Il est vrai qu'adolescent on peut, ce qui paraît maintenant parfaitement banal et pré-bobo, avoir comme le loup des steppes « une forte propension à la sainteté comme à la débauche » et rester « rivés à l'astre massif et maternel de la bourgeoisie », avec un certain refus du progrès mâtiné d'écologie à l'allemande et de mysticisme à l'oriental. La première partie, très Hesse (c'est-à-dire kitsch), est vraiment dépassée mais on peut se sentir revigoré de voir un vieux professeur apprendre à danser, ce qui n'est pas si évident. Et j'ai adoré la longue scène du bal masqué, qui m'a irrésistiblement évoqué celle de la Traumnovelle de Schniztler (et l'inoubliable Eyes wide shut de Kubrick, qui transpose Vienne à New York). Evidemment si Harry avait accepté de faire l'amour avec Maria et Pablo, c'est-à-dire de succomber à une fascination pour le bisexuel, il aurait d'emblée assumé l'art et ne se serait pas retrouvé en enfer. Comme, et même la fin (Comment tuer quelqu'un par amour ?), cette descente dans ces enfers de pacotille et toute la mise en scène de Pablo, en particulier la section Toutes les filles t'appartiennent, sorte de biographie sexuelle où le héros revit toute sa vie affective et en ressort apaisé. Je me rappelle aussi avoir donné à mes étudiants allemands un texte de Hesse à traduire en français, je crois que c'était d'une histoire indienne (Siddhartha) ou peut-être de ce très intéressant roman d'anticipation hors du temps que constitue le Jeu des perles de verre. Mais rétrospectivement je ne peux que m'étonner de ces engouements que je ne rapporte ici que pour témoigner. De nos jours ça donnerait divers romans à la mode Houellebecq, donnant plus d'importance à la tradition musulmane, ou un travail de journaliste comme le Dieu par la face nord, d'Hervé Clerc, « livre [soi-disant]essentiel » selon Emmanuel Carrère (J'avais particulièrement apprécié son Royaume), où le bouddhisme semble l'emporter !
Voir Repères bio[C]

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article