Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Petite souris à la Cour des Comptes

27 Juin 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Politique, #Histoire

Il se trouve que j'ai côtoyé, et même bien connu, plusieurs membres de la Cour des Comptes. J'en tire la conviction que, comme toutes les institutions, elle est composée et capable du meilleur comme du pire. Celui qui m'a le plus impressionné m'avait longuement interrogé à deux reprises dans le dossier d'accusation présenté sur mon rapport après mai81, par Alain Savary, ministre de l'Education, dossier digne du Canard Enchaîné. Malgré d'énormes pressions dont la presse de tous bords, du Monde au Figaro, a ultérieurement largement fait écho, ce futur président de chambre a eu le courage de dénoncer les responsables. Parmi eux d'éminents membres de la Cour des Comptes justement, dont son propre président, ancien président de la MLF, ainsi que son successeur à la tête de cette association, l'auteur du Guide du Cynisme tranquille qui sera directeur de la BN. Ils ont été disqualifiés, y compris le Secrétaire général, lui-même président d'une chambre régionale et tous durent démissionner. Cette association, fondée par un vrai pédagogue, Pierre Deschamps, n'a évidemment fait aucune place à cet épisode lorsqu'elle a fêté son centenaire, elle a vite oublié son émotion, et, ironie de l'histoire ou plutôt comble du système, elle sera ultérieurement, entre ambassadeurs ou inspecteurs généraux de l'Education Nationale, et pour près de quinze ans, présidée par un jeune mais ancien sénateur nommé à la Cour au « tour extérieur » (pour laisser la place au Sénat à un autre frère, ministre lui aussi de Mitterrand). Nous l'avons bien connu, d'abord comme enseignant en Allemagne puis quand il était en fonction et il a beaucoup souffert d'être martyrisé pour son incompétence initiale par les juristes de la Cour. Il y terminera sa carrière comme Conseiller-Maître président de chambre, et j'ai une vraie considération pour lui car c'est quelqu'un de sincère, dans un milieu qui ne l'est guère, et sa destinée est exemplaire, prouvant qu'on peut arriver à tout, à condition d'en sortir, comme disait mon père (et bien d'autres) et que la compétence n'est pas une question de formation initiale. Je pense vraiment, tolérance peut-être exagérée, qu'on peut se fourvoyer et être sincère. J'ai même l'impression de l'avoir prouvé (au moins à) moi-même, en sortant à cette occasion du registre politique, et mon successeur de l'époque n'a-t-il pas fini comme ambassadeur ? Montaigne ou Ridiculus mus... Voir Repères bio[C-D]

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article