Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Les décalages de l'agrégation ou le Roman de la Rose

1 Juillet 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Education, #Littérature

L'agrég' c'était à l'époque dans nos familles un obstacle incontournable. Pour ma part j'ai échoué en classique et réussi en moderne, ce qui en dit long sur mes capacités en grec et latin, mais ce qui est le plus amusant sont les circonstances holé holé de cette « réussite » qui m'agrégeait définitivement à la bourgeoisie et (pas définitivement) à l'ambition. Passer l'écrit à Pointe-à-Pitre (nous habitions à Bogotá ) commença par la retrouvaille dans l'avion d'une camarade d'hypokhâgne devenue hôtesse de l'air, qui me logea avec l'équipage au Méridien pour une soirée plutôt arrosée. Heureusement que, contrairement à ce qu'on m'avait dit, l'épreuve commençait à 7H et non pas 5H, comme le décalage horaire avec la métropole aurait dû l'exiger. Cela a changé depuis et le rapport que je fis y est peut-être pour quelque chose, car les possibilités de tricher étaient bien réelles. Toujours est-il que je ne m'attendais pas du tout à être convoqué en juin suivant pour l'oral car la préparation colombienne, loin des centres parisiens, avait été sérieuse mais décontractée. A peine sorti de l'aéroport (on m'avait accordé d'arriver avec deux jours de retard vu les problèmes d'avion), je tire le calendrier de mes épreuves pour passer dès le lendemain, nonobstant toujours le décalage horaire, la fameuse leçon d'agrégation. Et je tombe sur ...le Roman de la Rose, la seule œuvre qui n'a aucune chance de tomber à l'écrit et que je n'avais évidemment jamais lue : 5 heures donc pour lire, 1heure pour la « leçon ». Décontraction (et donc aisance) absolue et la certitude d'être collé. Certitude renforcée après les autres épreuves, dont celle où de toute évidence le jury s'amusait de me voir soutenir avec confiance sur le Neveu de Rameau la thèse inverse de celle du spécialiste présent, bien connu des agrégatifs parisiens, qui me colla d'ailleurs une sale note. Mystères et alea de l'évaluation ! Mais contre toute attente, et grâce à un 12 à la leçon (il paraît que ce n'est pas mal), je fus déclaré reçu ! Cela m'a valu quelques considérations, à commencer à Bogotá par celle de mon proviseur (qui n'était pas agrégé et qu'on a bien tourmenté depuis) et, l'année suivante, celle du grand spécialiste allemand (Sprechen Sie deutsch?!) du ...Roman de la Rose, dont je devenais à Kiel le collègue ! Voir Repères bio[C-D]

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article