Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Sprechen Sie deutsch ?

28 Juillet 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Langage et Linguistique

Après sept ans d'allemand au lycée je savais par cœur « Ich weiss nicht was soll es bedeuten dass ich so traurig bin », etc. mais sur l'autoroute prenais Umleitung ou Ausfahrt pour une ville, comme d'autres Le Pirée pour un homme. C'est mon épouse, quand nous arrivâmes à Vienne, qui était capable de s'adresser au boulanger : de l'oreille, de la motivation, du sens pratique, aucune crainte de faire des fautes, la communication facile avec qui que ce soit...Bref tout le contraire de votre serviteur, qui fut néanmoins considéré ultérieurement comme un spécialiste de  l'enseignement bilingue ! Toujours est-il qu'après un an passé à Bogotá, obligé de demander une mutation après avoir été reçu à l'agrégation car je coûtais trop cher, je postule pour un poste à l'Université de Kiel (près de Hambourg), chargé de créer un institut français. Le Conseiller Culturel (un ...pasteur) me convoque à l'ambassade pour vérifier mon aptitude linguistique. Sprechen Sie deutsch ? Ja, natürlich. (même pas selbstverständlich). Cela n'alla pas pas plus loin car, quoique pasteur, il ne connaissait pas un traître mot de cette langue. Et me voilà, nommé sur son rapport, débarquant à Kiel pour trois ans. Son homologue de Bonn ne fut évidemment pas dupe, mais c'était trop tard. J'ai quand même appris un peu d'allemand depuis, surtout que j'étais chargé de cours de traduction (dans un sens et avec l'aide des étudiants, au demeurant ravis, et dont j'ai beaucoup appris), je lui fis un discours en allemand un an plus tard pour son départ à la retraite. Et notre séjour à Kiel, par ailleurs lieu d'une rencontre capitale, après l'initiation viennoise, nous a définitivement basculés du côté de la germanophilie. Ce qui n'avait rien d'évident pour des Ardennais d'origine, comme quelques réactions à notre plaque minéralogique nous l'ont encore montré à l'époque. En m'aidant souvent de traductions, je m'intéresse toujours beaucoup à cette langue, pour la littérature (surtout celle d'Autriche d'ailleurs), la poésie, la philosophie (où elle est indispensable, comme le grec), la musique (eh oui, malgré l'italien) et l'art en général. J'en suis aussi avidement l'actualité européenne, les problématiques historique et philosophique du nazisme, de la Shoah et de la résistance. Car, comme beaucoup de pseudo-intellectuels de ma génération, je reste fasciné par le problème que nous pose la chute rapide d'un peuple aussi emblématique de notre culture, fût-elle avec un K, dans l'abjection la plus obscure. J'ai toujours un vague contact avec le correspondant de mon adolescence, mais il s'exprime plus facilement en français que moi dans sa langue. Car je ne parle toujours pas l'allemand couramment ! Voir Repères bio[C-D]

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article