Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Vert et rouge, pour un bilan sportif

11 Juillet 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Ardennes-Touraine

Vert et rouge, pour un bilan sportif

Finale de l'Euro 16. J'étais pour les Français par définition mais plus encore pour les Portugais parce que j'ai bien aimé leur section du temps de Saint-Germain et à cause de leurs maillots... sedanais. Il faut bien trouver des raisons identitaires aux ferveurs sportives partagées ou forcées et souvent nostalgiques ! A chacun donc sur ce mode de faire son bilan.
J'ai un peu pratiqué le basket. J'ai très peu pratiqué le handball, ayant été quelque peu traumatisé dans ce sport d'avoir sonné un colosse par un geste technique dangereux, peut-être désormais interdit et en tout cas mal maîtrisé (passage de bras ?, volte ou reuroulement ? Merci internet). Je n'ai jamais rien compris au rugby ; cela ne m'a pas empêché d'aider un club espagnol de niveau national (!) qui m'en a même nommé président d'honneur donc à vie (re !). Je « fais » toujours du vélo ou de la « randonnée ». Mais de par ma culture et mon lieu de naissance j'ai évidemment été un fan de football, que je prononce maintenant correctement...à l'espagnol (fútbol !), bien que je n'en sois plus spectateur, même pas « à la télé », et que je le pratique encore moins, même avec les enfants, ce qui est hautement condamnable.
Je ne lis plus L'Equipe depuis longtemps mais je reste fier d'avoir assisté, sinon à 10 ans à Colombes pour la première, du moins à 15 pour la seconde, à la victoire en Coupe de France des « footballeurs ouvriers » de Sedan (encore Sedan-Torcy et pas encore Paris-Sedan ni Sedan-Ardennes !). Pas de « fan-zone » à l'époque ni de télé, encore moins grand écran, mais déjà des bus et des trains avec beaucoup de gares pour les supporters. C'était la grande époque des hommes de Dugauguez et du stade Emile Albeau (autant de spectateurs possibles que d'habitants), des Fulgenzy, Carpentier, Synakowski, en maillots rouge et vert, du temps des émigrés polonais et de la reconstruction. Je peux encore parler pendant des heures du « sanglier des Ardennes » (le fameux Roger Marche), des dribbles du petit Faustino, brésilien égaré (pas longtemps) dans les brumes ardennaises et de bien d'autres.
Encore faut-il trouver des interlocuteurs au courant, mais il y en a encore plus qu'on ne croit. N'ai-je pas rencontré dans les années 80 à Addis-Abeba une amicale, sous l'égide de Rimbaud et du Sedan-Ardennes, des ardennais d'Ethiopie ? Et il m'arrive toujours pour plaisanter de prétendre avoir appris à Noah (le chanteur !), dont le père, fils de mon professeur de dessin, fut footballeur à Sedan, à jouer... au tennis !
Voir Repères bio[A-E-F]

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article