Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Touche pas à ma prépa !

3 Août 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Education

Touche pas à ma prépa !

Le sujet en France est récurrent. Et comme c'est un des rares sur lesquels je m'exprime encore à l'occasion en m'appuyant sur mon expérience personnelle et professionnelle, en particulier au Lycée International, je me suis même fendu il y a deux ans d'un courrier à Gérard Courtois du Monde suite au projet de Vincent Peillon de « toucher aux prépa ». Pas question pourtant pour le ministre, car c'est une structure performante (élèves et professeurs de grande qualité), d'en remettre en cause le principe comme le faisait feu Alain Savary, avec les mêmes raisons que pour l'école privée. J'ai eu à l'époque l'occasion d'en parler avec ce dernier, qui fut contré, principalement lit-on maintenant, par mon ancien condisciple de la K2 devenu premier ministre, lobbying obligera toujours en la matière. En substance, j'ai pu constater qu'il n'était pas nécessaire pour de bons élèves de « se taper » une prépa pour intégrer les plus grandes écoles, françaises ou étrangères, littéraires, scientifiques ou commerciales, sans parler de vraies alternatives de formation, de simples réussites ou ...du bonheur ! Je me flatte même d'avoir pu en faire fermer deux, ce qui est un exploit !
Le système, presque unique au monde, sauf des exceptions « postcolonialistes » (chasses gardées de l'Inspection Générale, par exemple au Maroc), a historiquement la responsabilité d'avoir empêché longtemps une vraie réflexion sur le premier cycle universitaire et sur le baccalauréat et d'avoir modelé non seulement le mode de sélection des élites mais aussi toute la conception des programmes du second cycle du lycée, et même bien en amont. D'où un système définitivement à deux vitesses. Je conviens qu'il peut y avoir débat sur tout cela, y reste accessible et n'exclus pas d'y manquer d'objectivité. Après tout, je me suis aussi tapé de la prépa (merci au proviseur du Louis-le-Grand de l'époque, -tiens, c'était un bridgeur!) et n'en ai pas dissuadé mes enfants, qui heureusement s'en sont dissuadés tous seuls ! Bonjour les dégâts ? Mais mon expérience de l'enseignement international et mes réflexions au sein d'Europe Education m'ont permis d'avoir avec tout cela, sans exclure pour autant une pointe du regret de celui qui n'intègre pas, un véritable recul.
Voir Repères bio[B]

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article