Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Bilinguisme ou interlinguisme ?

6 Novembre 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Langage et Linguistique, #Enseignement international

Si j'avais été doué en langues, et particulièrement en anglais (dont l'école et la famille m'avait tenu écarté au profit du latin, du grec et de l'allemand), je serais peut-être sans complexe devenu un véritable spécialiste du bilinguisme ou au moins de l'interlinguisme (car qui peut le plus peut le moins), j'aurais développé un talent précoce puis confirmé pour la politique, entraînant d'avaler quelques couleuvres et une vie de famille différente, et me serais retrouvé, quoique relativement riche et largement décoré, peut-être même franc-maçon, inspecteur général et docteur de troisième cycle, voué à la retraite à faire fructifier les acquis d'une brillante carrière, et mettant mes talents linguistiques au service de la littérature, par exemple comme traducteur, ou d'une cause à laquelle je tiens, comme par exemple l'accueil des immigrés.
Mais la réalité fut toute différente : Je suis bien monolingue (et comme disait un « ami », autre spécialiste vraiment multilingue d'origine arménienne mais ayatollah de la chose, « un monolingue c'est comme un unijambiste »), effaré et écart(el)é de la politique, fortuné grand-père et retraité heureux, quoique ni jardinier ni poète. Cela ne m'a empêché d'avoir, souvent à l'international, un réel pouvoir de bouger les choses, quoique en partie par l'intermédiaire d'un métier non choisi (à la frontière de la diplomatie et de l'éducation), mais toujours en faisant fi de la hiérarchie, d'aimer lire, écouter et écrire, d'avoir connu et de connaître encore des passions dévorantes. Et même d'avoir organisé des colloques sur le sujet et d'avoir pondu,
horresco referens, quelques articles spécialisés et deux ou trois ouvrages, heureusement en co-auteur, sur le bilinguisme : une fois sous la houlette d'un grand linguiste universitaire, une fois avec un énarque du Conseil d'Etat, une autre fois avec un véritable pédagogue, néanmoins inspecteur (Nobody's perfect). Dans ce dernier cas on a tiré au sort pour savoir quel serait le nom du premier auteur, j'ai gagné, mais choisi à son profit l'ordre alphabétique. Ce n'était que justice car c'est vrai que j'ai quelques notions, et encore un plaisir (trop) rare à les manier, de quelques langues, anciennes ou (souvent rencontrées ou apprises tardivement) survivant bien au global english, ainsi qu'une grande admiration pour les grands émigrés européens multilingues, mais il ne faut pas exagérer !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article