Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Les lieux d'écriture (Les Hunaudières)

Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Ardennes-Touraine

Les Hunaudières.

Ce n'est pas de la fameuse ligne droite des 24 Heures du Mans qu'il il s'agit mais bien de mon Ithaque à moi, si tant est qu'une retraite puisse être un retour aux fondamentaux, comme il le faudrait bien dans les temps troubles d'aujourd'hui. Pour les sources familiales, Margut, qui nous est encore plus cher et commun, eût aussi fait l'affaire si le climat ardennais l'hiver, l'environnement esthétique et l'isolement culturel n'avaient été dissuasifs. Aucuns Regrets donc et même une grande satisfaction de vieillir ici, « au clos Vaubraunien »et sans plus de prétendants ni de prétention. Bien que je ne sois finalement « qu'un invité en Touraine »ainsi que le disait Poulenc (un voisin au milieu des vignes, comme bien des siècles avant le poète amoureux et guerrier que fut ici même Papillon de Lasphrise), je m'y trouve aussi bien que lui, à l'écart des frasques et obligations parisiennes, sans pour autant m'inspirer spécialement de ce terroir. Mais c'est de là que j'écris le plus souvent et m'évade.
Car j'y ai, non seulement un jardin (sans le « cultiver », ce n'est pas mon affaire), des vignes (pour s'y « promener »), des relations de loisir ou de voisinage, quelques amis (fussent-ils à distance et rescapés de l'antique profession et de vies antérieures) et une maison (pas vraiment troglodyte !) mais surtout le silence (qui n'a plus rien de monastique) d'une vallée paisible, dans le rythme de la nature, et bien sûr ma « librairie » (et ma musique).
Otium cum dignitate...Il y a même, malgré le grand absent, le souvenir des fêtes, celles de Musique et Poésie ou déjà
des 140. Pour une fois donc pas de second degré dans l'illustration et je ne m'en veux même pas de n'avoir d'autre citation que celle-ci, en référence à Lagarde (bien qu'il hésitât longtemps, le cuistre, alexandrin oblige, entre mon Loir ou ma Loire...) : « Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :/ Plus mon Loyre Gaulois, que le Tybre Latin, / Plus mon petit Lyré, que le mont Palatin, / Et plus que l'air marin la doulceur angevine ». Et peu importe les approximations géographiques puisque, à y regarder de près, pour moi tout y est, du site et de la nostalgie, et en tout cas nous nous y retrouvons.

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :