Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Un petit oiseau, un petit poisson...

6 Décembre 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Ardennes-Touraine, #Histoire, #Langage et Linguistique

Avant, comme je l'ai annoncé, d'arrêter au bout d'un an ce blog perso et de passer à autre chose, je jette quelques derniers feux, qui sont également des souces d'inspiration. Si j'étais poète, je serais aussi naturaliste, mais je ne suis ni l'un ni l'autre, voici donc pour archive deux vignettes symptomatiques pour le prix d'une.
Oiseau : J'ignore si mon beau-frère préféré, éminent professeur de physique et préparationnaire patenté devenu ornithologue distingué, le sait mais je dois à ma soeur, ci-devant professeure de latin, d'avoir découvert lors d'un de ses voyages avec son mari (qui malgré son nom n'est pas un fripon, merci Nicolas Boileau) que deux espèces principales de la Réunion se nomment Maillard et Bellier, comme Monsieur et Madame, descendante d'un ministre caricaturé par Daumier ! Méritons-nous des noms d'oiseaux ou sommes-nous à l'image de ces plus ou moins charmants volatiles ? L'un est le busard de Maillard, aussi appelé papangue, en latin circus maillardi (Je n'invente rien !). L'autre est le bellier, de la famille des Plocéidés, aussi appelé tisserin gendarme (Je n'invente toujours rien !), en latin ploceus cucullatus spinolotus.

Poisson : Je suis certes de ce signe (mais j'ignore de quel ascendant) et peut-être est-il difficile de me saisir. Et je me suis longtemps plu à penser que je pourrais mourir, comme tel empereur romain, étouffé d'une arête de poisson, au point d'avoir failli (Est-ce du Lacan ou du Shakespeare ?) m'étrangler en déjeunant une fois avec mon meilleur ennemi, inspecteur, mort d'ailleurs dramatiquement par la suite d'un accident dans sa voiture de fonction. Las, j'ai vérifié sur internet : aucun empereur romain n'est jamais mort étouffé par une arête, pas même un pape (même si Saint Blaise fait des miracles dans ce domaine), tout juste un roi d'Irlande. Mais mon poisson à moi, outre le gardon (qu'on appelait rossette dans les Ardennes de Meuse), c'est le Boer, appellation Loire (et Vendée !) pour la perche-soleil (Lepomis gibbosus) ou perche d'Amérique. Nous allions à la pêche avec l'oncle André, celui de Question d'échelle, et je me souviens précisément avoir été le protagoniste d'une scène exactement décrite par ...Ausone (Mosella 270) : "Quos, impos damni, puer inconsultus ab alto / Impetit, et solido captat prensare natatu" (Et l'enfant étourdi qui ne peut se résigner à cette perte [des poissons qui lui ont filé entre les doigts], se jette à leur poursuite du haut de la rive et tente avec conviction de les ressaisir à la nage). Je ne suis plus pécheur mais n'ai jamais oublié.
Voir Repères bio[A]

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :