Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Morizot/Moriceau

26 Juillet 2021 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #philosophie-religion, #Voyages-Géographie

Morizot y Moriceau

 

[Souvenir de Valleraugue]
J'ignorais l'existence de ce village des Cévennes gardoises au pied du Mont Aigoual. Il fut pourtant abondamment médiatisé lors de la crue historique de l'Hérault qui le dévasta le 19 septembre dernier : 4 mois de pluie en quelques heures et les maisons dévastées jusqu'au premier étage, comme en 1900. Les traces en demeurent et le traumatisme est ressenti à la moindre conversation de commerce. Cette puissance de la nature impressionne et fait réfléchir.
Mais c'est la programmation, sur le thème apparenté de L'homme et la bête, d'une conférence de
Baptiste Morizot (philosophe et pisteur de loup) annoncée par le Philomag qui nous avait fait prévoir là un court séjour et deux ou trois randonnées. Nous ne fûmes pas déçus par la découverte du massif du Mont Aigoual, superbe, quoique à l'occasion un peu périlleux, et pas du tout non plus par l'événement, rendu intéressant par sa cocasserie même.
Car figurez-vous que Baptiste, qui s'était désisté, probablement par suite du Covid, fut remplacé à son insu, par ...
Jean-Marc Moriceau (historien spécialiste du loup et du monde paysan). Tous deux universitaires patentés, sur des registres différents. Jean-Marc, parfaitement documenté comme il se doit et ouvert aux questions les plus pointues, y compris sur la bête voisine du Gévaudan, se montra passionnant et passionné, n'hésitant pas à s'échauffer et prendre parti. Car le loup est un sujet qui fâche, parce que écologique et mythique, donc politique et médiatique. Probablement que sur tous ces plans Jean-Marc n'est pas d'accord avec Baptiste, qui ne l'a d'ailleurs qu'à peine cité, mais ce n'est pas sûr puisque après-tout d'une même (bonne?) nouvelle il peut y avoir plusieurs évangiles.
On se prenait donc à rêver à un
improbable débat de fond comme d'actualité entre l'historien sociologue, expliquant comment il a été amené à s'occuper du loup en défendant la cause paysanne et le philosophe naturaliste ouvrant, dans la ligne d'un Bruno Latour et sur la base d'observations à la Sylvain Tesson, des perspectives infinies sur les rapports de l'homme et les autres espèces, et notre irréductible appartenance à la Nature.
Simple « tournant politique de la pensée française », comme l'analyse
Le Monde, ou résurgence de la vieille problématique du Deus sive natura ?
En tout cas lire et confronter Morizot y Moriceau, voilà un beau programme de vacances.


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article