Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vignettes mémorielles

Franco au lycée

14 Janvier 2016 , Rédigé par Jean-Pierre Maillard Publié dans #Histoire, #Politique, #Enseignement international

Nous sommes vers 1987 (Comme dit Stendhal, il faudrait vérifier dans les Archives), au Lycée Français de Madrid, dont j'étais proviseur . Pour le baccalauréat français ce sont les épreuves orales d'anglais seconde langue (la première langue est en principe l'espagnol). Une fraude (assez classique) est détectée par les surveillants vérifiant les identités : celui qui passe l'épreuve le fait à la place du candidat inscrit. Qui était le candidat ? Le petit-neveu de Franco ! Qui passait l'anglais à sa place ? Le petit-fils de Santiago Carillo, le grand leader communiste mort en 2012 ! Ou vice-versa. Je raconte souvent cette anecdote, qui en dit long sur ce que fut un lycée français comme celui de Madrid, qui avait curieusement fêté son centenaire en 1985, et comme beaucoup d'autres, dont l'histoire à écrire serait passionnante. Certes la troisième génération peut ne pas vouloir avoir à faire avec la première, surtout en Espagne où la mémoire de la guerre civile est très spécifique, et nous ne sommes pas loin alors de la mort de Franco (1975), et encore moins du coup d'état du 23-F (1981), mais déjà pendant la guerre on pouvait trouver sur les mêmes bancs du lycée, dont le grand concurrent était l'établissement des Jésuites, des élèves des deux bords et de famille plus ou moins « laïque », et ils pouvaient être amis. Il est vrai que c'était pareil du côté français, à Madrid comme ailleurs, avec les tenants (pour le dire vite) de Vichy et ceux de De Gaulle et même de la Résistance. L'essentiel était de ne pas se tromper trop tôt et de pas le crier trop fort. Et en français ! Voir Repères bio[E]

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article